www.national-hebdo.net

Accueil > France > Dieudonné :Les réactions

Dieudonné :Les réactions

lundi 29 décembre 2008

Les réactions au coup d’éclat de l’humoriste Dieudonné commencent à se faire plus nombreuses. Cependant on peut noter une certaine prudence inhabituelle de la part d’associations promptes à se porter partie civile.

Le fondateur de l’association des fils et filles des déportés juifs de France Serge Klarsfeld a déclaré lundi matin sur RTL : « Je ne pense pas qu’il y ait eu des propos négationnistes » et qu’il n’envisageait pas de porter plainte.

La Licra « Après consultation de sa commission juridique, son président Patrick Gaubert, estimait que le délit d’apologie du négationnisme est constitué ». « La Licra demande donc officiellement au parquet d’engager les poursuites qui s’imposent ».

Aussitôt dit, aussitôt fait.

« Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire aux fins de vérifier dans quelles conditions Dieudonné Mbala Mbala a remis, sur la scène du Zénith dans la nuit du 26 au 27 décembre, »le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence« à Robert Faurisson », indique le communiqué.
L’enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la Personne (BRDP). Elle aura « pour objet de déterminer si les délits de contestation de crime contre l’humanité commis au cours de la Seconde guerre mondiale ou d’injures antisémites ont été perpétrés à cette occasion », explique le parquet.

Dans un communiqué, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) dit avoir accueilli avec « effroi et dégoût » « l’immonde et insoutenable provocation ». « Cet acte est une offense calculée qui vise à blesser la mémoire des victimes du nazisme », ajoute-t-il en disant étudier les suites judiciaires appropriées à cet acte relevant « de l’indécence absolue ».

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) dénonce, de son côté, une « mascarade odieuse » qui « fait honte à notre pays ». Dans un communiqué, le CRIF dit attendre des « démocrates qu’ils dénoncent avec vigueur cette collusion nauséabonde du mensonge et de l’extrémisme » et « demande que l’argent public cesse de subventionner les salles où se produit le multirécidiviste Dieudonné ».

L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a également fait part de son indignation. Il s’agit d’une « énième provocation de Dieudonné », estime l’UEJF, pour qui l’humoriste « ne fait qu’asseoir ses positions » par « cette poignée de main avec Faurisson, qui fut condamné à plusieurs reprises pour contestation de crime contre l’humanité ». « Assister à un spectacle de Dieudonné, c’est participer à un meeting d’extrême-droite », a ajouté sans rire Raphaël Haddad, président de l’UEJF.

Le Parti socialiste, par la voix de son porte-parole Benoît Hamon, réclame lundi « une réaction ferme des pouvoirs publics et une vigilance accrue contre la propagation du racisme et de l’antisémitisme ».
« Le geste (de Dieudonné) par sa vulgarité parle de lui-même. Dieudonné ne produit plus de spectacles, il fait meeting et professe une idéologie d’extrême- droite », estime le député européen dans un communiqué.

L’association SOS Racisme a dénoncé lundi la mise en scène du Zénith, qui « ne peut être considéré(e) comme une simple »provocation« , le terme utilisé par le ministre de la Culture, Christine Albanel. »Présence de Jean-Marie Le Pen dans la salle, remise d’un prix de « l’insolence » par une personne figurant un déporté juif, ovation demandée - et obtenue - pour un antisémite pathologique et obsessionnel... Dieudonné n’est pas ici dans la « provocation » mais dans l’affirmation d’une ligne politique - fût-elle brouillonne - d’extrême droite", écrit-elle dans un communiqué.

Au-delà des réactions stéréotypées. S’il y a quelque chose à retenir du coup de « pub » de Dieudonné c’est :probablement le fait d’avoir entendu ou vu applaudir Faurisson par 5000 personnes. Ce ne s’était jamais produit. Et ça, cela devrait normalement les préoccuper. D’abord parce qu’il est possible que cela se reproduise n’importe où, n’importe quand avec n’importe qui. Ensuite, on peut légitimement penser qu’une toute petite minorité du public présent savait qui est Robert Faurisson et ce qu’il représente. Ce qui indique, n’en déplaise à certains « obsessionnels » que ce n’est pas l’« extrême-droite » qui applaudissait. C’est un autre « public », un public qui échappe au CRIF, à la Licra et autres, un public qui ne se reconnaît pas dans la victimisation du peuple Juif, mais voit en lui le bourreau des Palestiniens. C’est ce même public qui siffle la Marseillaise, c’est ce même public dont la Gauche et SOS Racisme a fait longtemps la promotion et qui leur a échappé pour cause de soutien inconditionnel à Israël. Ce public, c’est le fruit de l’intégration forcée, voulue par ceux la même qui s’indignent aujourd’hui. Commode de pouvoir mettre un nom sur le fauteur de troubles, d’habiller le comique en monstre. Ils étaient 5000 un soir au Zénith et combien en France, le savent-ils ? Rien que pour cela les « professionnels de l’antiracisme » devraient dire merci à Dieudonné parce qu’ils vont avoir « du pain sur la planche » dans les années à venir.
Et pendant qu’on ratiocine à Paris, on rase gratis à Gaza.

Elie-Tristan Noir-Monfils