www.national-hebdo.net

Accueil > Culture > Patrimoine en péril

Patrimoine en péril

décembre 2008

Le 24 novembre dernier s’ouvrait un procès de l’Etat contre le propriétaire d’un hôtel particulier du XVIIe siècle, sis au 14, rue de l’Université, Paris 7e, en partie démoli et reconstruit au lieu d’être réhabilité, comme prévu.
En 2004, lors d’une visite de chantier, l’architecte des bâtiments de France constatait, des dégâts irréversibles,et signait un procès-verbal avec arrêt immédiat des travaux. Les ravages opérés sur cet « immeuble à conserver et à restaurer », tel qu’il est mentionné sur le Plan de sauvegarde et de mise en valeur, sont de tailles :suppression des « éléments de structure originels, planchers et murs porteurs », remplacé par du béton, « disparition des boiseries, d’une chambre à alcôve, des caves voûtées ». Le propriétaire n’a en fait que conservé que la façade.
Selon le code de l’urbanisme (art L 480.4), l’amende encourue, est de 1 200 à 6 000 euros le m2, avec obligation pour le propriétaire de « restituer les lieux dans l’état d’origine, avec les matériaux traditionnels ».
Originaires du Golfe ou de Russie, les riches acquéreurs de ces hôtels particuliers mis en vente par l’Etat ont souvent des caprices de stars incompatibles avec l’ancienneté de ces vénérables demeures. Garage, jaccuzi, piscine, dans les sous-sols,ascenseur…