Accueil > Etranger > UN GENERAL BOSNIAQUE RATTRAPE PAR LA JUSTICE

UN GENERAL BOSNIAQUE RATTRAPE PAR LA JUSTICE

samedi 28 avril 2018, par Michel Dantan

Il aura fallu deux décennies pour que les crimes de guerre imputés à l’ancien commandant du 5e corps de l’armée bosniaque commis pendant la guerre civile de Bosnie entre 1992 et 1995 soient enfin pris en considération par la justice de Bosnie-Herzégovine. Un délai que le Président de la Républica Serpska, Milorad Dodic n’hésite pas un instant à mettre sur le compte des protections dont le présumé coupable aurait bénéficié tout ce temps et qui lui ont permis de se soustraire à la justice pourtant informée dés 1999 des crimes qui lui sont reprochés. En effet l’officine du TPIY à Sarajevo avait déja eu connaissance des pièces du dossier incriminant le commandant, mais le tribunal de la Haye n’en avait pas tenu compte, probablement sous la pression des américains ( ce qu’ils démentent formellement) dont l’intérêt n’était pas que celui ci raconte aux juges comment par exemple sur l’aéroport de Tuzla des tonnes de matériels militaires étaient livrés aux troupes d’Alija Izbegovic et comment les américains entraînaient les volontaires musulmans intégrés dans l’armée bosniaque. La position des américains aurait-elle changé. Les semaines à venir le diront. En attendant, c’est un dossier de 8000 pages que les juges devront étudiés, dans lesquelles sont recensés les centaines de civiles et de soldats serbes tués notamment pendant l’ opération Maestral du 8 au 17 septembre 1995 conduite dans la région située à l’Est de la poche de Bihac par le 5e corps de l’armée bosniaque associés aux troupes de l’armée croate. Plusieurs centaines de témoignages concernant les municipalités de Petrovac, Bosanski Krupa, Sanski Most et Klic qui furent le théâtre d’exactions, de même qu’une trentaine de villages incendiés, devraient fournir suffisamment de preuves établissant la réalité des faits et permettre aux juges de confondre leur auteur. Parmi ces documents figurent de nombreuses vidéos dont l’une accessible sur le site de RT où l’on voit le commandant Atif Dudakovic ordonner l’exécution de deux prisonniers serbes(1). Atif Dudakovic ne semble rien avoir perdu de la violeence des sentiments anti serbes qui l’animaient pendant la guerre civile en Bosnie. On l’a vu en effet ces derniers temps à maintes reprises inviter ses compatriotes âgés de 17 à 99 ans à revêtir un uniforme et à s’équiper en armes pour se préparer dit-il à affronter ceux qui selon lui appelleraient à la création d’une Grande Serbie. Des déclarations fracassantes qui ont créé un malaise à Sarajevo et qui peut-être ne sont pas étrangères à son arrestation. 11 anciens officiers de l’armée de Bosnie-Herzégovine ont également été arrêtés pour répondre de crimes présumés commis pendant la même période.

(1) https://youtu.be/5hLgUH_60Fk