www.national-hebdo.net

Accueil > France > 6 JUIN 44 : LE FAUX PAS DE NICOLAS SARKOZY

Waterloo diplomatique…

6 JUIN 44 : LE FAUX PAS DE NICOLAS SARKOZY

mardi 2 juin 2009, par Michel Dantan

Viendra t-elle ou ne viendra t-elle pas ? Elle ne viendra pas, mais c’est son fils, le Prince de Galles qui participera aux commémorations du 65e anniversaire du débarquement en Normandie, a annoncé le porte parole de Clarence House, la résidence londonienne de l’héritier du trône britannique. Il sera aux côtés des président Obama et Nicolas Sarkozy, ainsi que du Premier ministre canadien Stephen Harper. Le suspens aura donc duré plusieurs jours après que L’Elysée, qui s’était vu reproché par une partie des tabloïds anglais de n’avoir pas invité la reine, avait fait savoir qu’il s’agissait d’une cérémonie « franco américaine » le président Obama ayant manifesté au lendemain de son investiture l’intention de venir se recueillir en France sur les lieux ou les soldats américains avaient payé de leur vie la Libération de la France. Les Britanniques auront eu beau rappelé aux autorités françaises que 17556 de leurs compatriotes et 5316 canadiens étaient eux aussi tombés au champ d’honneur, l’Elysée s’en était tenu à sa position de principe, laissant toutefois entendre, non sans une certaine désinvolture, que la reine si elle le souhaitait serait la bienvenue en France. Son porte parole Luc Chatel avait même cru bon de préciser, dans un style qu’un valet de chambre n’aurait pas renié, « qu’il y aura d’autres 6 juin », sous entendant que celui là était « réservé ». En réalité, il semble bien que Nicolas Sarkozy ait souhaité figurer seul en compagnie du président Obama sur les photos et les images télé qui devaient témoigner de l’évènement, la fierté en l’occurrence légitime de nos voisins d’Outre-Manche dut-elle en souffrir. L’opération de communication prévue par l’Elysée en faveur de son locataire a donc sinon totalement du moins en grande partie échoué en raison d’un casting plus étoffé que prévu. La Maison Blanche qui dés hier insistait pour que la reine Elisabeth II soit présente aux cérémonies, en rappelant au passage que la reine avait servi en uniforme durant la Seconde guerre mondiale, n’est sans doute pas étrangère à ce changement de scénario. Après avoir démentie « toute colère » que le Daily Mail lui aurait prêtée au moment où elle apprenait qu’elle ne faisait pas partie des invités, la reine après mure réflexion a par conséquent choisi de céder sa place à son fils, peut-être pour ne pas avoir à décliner une invitation qui ne lui aura jamais été formellement adressée. Quoiqu’il en soit, c’est bien la Maison Blanche, Buckingham Palace et le gouvernement britannique qui auront dû mobiliser le savoir faire de leurs diplomates pour suppléer l’impéritie de l’Elysée à propos d’un évènement que le président français aura jugé utile de traiter pour son image comme une affaire de showbiz. Or il n’est pas certain en l’occurrence que celle de son pays en soit une fois de plus sortie grandie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.