Accueil > Etranger > BARCELONE : DEFERLANTE ANTI INDEPENDANTISTE

BARCELONE : DEFERLANTE ANTI INDEPENDANTISTE

mardi 10 octobre 2017, par Michel Dantan

.Les « unionistes » ont massivement démontré dimanche dernier que le monopole de la rue n’appartenait pas qu’aux partisans de l’indépendance. A l’appel de la Société Civile Catalane (SCC), plusieurs centaines de milliers de catalans ont battu le pavé à Barcelone, depuis la place Urquinaona jusqu’à la station de chemin de fer de France, pour crier haut et fort leur volonté de préserver l’unité de l’Espagne. Scandés sur l’air des lampions, le slogan « nous sommes catalans et espagnols » a résonné tout au long de cet après midi ensoleillé, relayé par d’autres formules moins amènes, notamment celles qui s’adressaient au Président de la Géneralitat, invité par la foule à poursuivre son action politique derrière des barreaux. Il faut dire que pour les catalans qui estiment représenter la majorité silencieuse, le comportement du personnage ainsi que celui de son entourage avait atteint de tels sommets d’arrogance et de mépris à leur égard que l’heure de la revanche devait sonner tôt ou tard. Ce dimanche 8 octobre aura donc enfin été l’occasion pour ceux ci de dire tout le mal qu’ils pensaient de l’action entreprise par les politiciens du cru prêts à sacrifier selon eux l’avenir de la Catalogne sur l’autel de leurs ambitions personnelles et à prendre le risque d’entraîner l’Espagne divisée sur l’inévitable voie de la décadence. Cette démonstration de force suffira t-elle à faire reculer le Président Puigdemont ? Pour l’heure rien n’est moins sûr. L’homme reste fortement encré sur ses positions et ne cesse de répéter devant ses partisans que la proclamation unilatérale d’indépendance aura lieu le moment venu dés l’annonce des résultats définitifs du référundum du 1er octobre dernier. Qualifiée de coup d’état par ses détracteurs, une formule que l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa présent parmi les personnalités politiques qui participaient à cette journée, n’a pas hésité à reprendre à son compte lors d’une intervention à la tribune officielle, l’opération Indépendance si elle devait être conduite jusqu’à son terme, risque fort d’ouvrir une crise pouvant déboucher sur le pire des scénarios, celui de l’affrontement civil que tout le monde souhaite éviter, à commencer par les catalans eux-mêmes qui dans leur grande majorité croient encore que le dialogue entre catalans de bonne fois reste possible.Un souhait qui aux dernières nouvelles risque de se heurter à l’obstination d’un Puigdemont décidé à franchir le Rubicon dés ce soir 18h au cours d’une cession du parlement catalan. Les partisans du OUI à l’indépendance appellent leurs partisans à se rassembler devant le bâtiment, conformes en cela à leur habitude de confisquer la démocratie par la rue.


Photos DR Les manifestants expriment leur solidarité avec la Police nationale. Une réponse à l’hostilité dont les policiers sont victimes depuis le 1er octobre de la part des indépendantistes.