Accueil > Etranger > CEUX DU DONBASS

CEUX DU DONBASS

mercredi 14 mars 2018, par Michel Dantan

Personne n’était mieux placé que l’écrivain russe Zakhar Prilépine pour évoquer la question du conflit du Donbass avec l’autorité intellectuelle et morale que requérait une telle entreprise. Dans l’ambiance d’hystérie anti poutinienne qui prévaut dans le landerneau politico médiatique de l’hexagone, les informations en provenance du Donbass ont quasi systématiquement été passées au filtre de la propagande anti russe (1) Les rumeurs concernant la présence massive de chars russes prêts à se porter au secours des insurgés, ou l’intervention effective de soldats russes à leurs côtés, n’ont cessé de nourrir le phantasme selon lequel la main de Moscou se cachait derrière cette guerre civile qui compte déjà plus de 10000 victimes. Ses véritables causes en revanche, identitaires, démocratiques et culturelles ont été passées sous silence. Ainsi par exemple, le projet d’ukainisation forcée des populations russophone de d l’Est et du Sud de l’Ukraine avec notamment dés février 2014 la suppression du russe en tant que deuxième langue officielle n’a été qu’effleuré. Une même chape de plomb a recouvert l’opération de détournement de la Révolution du Maïdan par les milices néo bandéristes qui s’en sont servi de levier pour déstabiliser le pouvoir en place et le remplacer par des hommes de pailles à la solde des intérêts de l’OTAN. Cette opération pourtant on le sait de l’aveu même de Victoria Nuland (2) la secrétaire d’état-adjoint américain pour les affaires européennes et eurasiennes en 2014, a été le résultat du travail de sape effectué pendant des années par la CIA, qui à coup de milliards de dollars s’est employée à subvertir de l‘intérieur les institutions ukrainiennes en diffusant par tous les moyens le virus de la russophobie. De même il n’a été que très peu question des épisodes les plus traumatiques pour la population russophone comme celui du massacre perpétré à Odessa par des nervis à la solde de la junte et qui mériterait pourtant de connaître un épilogue judiciaire devant un tribunal international qualifié pour juger les crimes contre l’humanité. Bref, le traitement médiatique réservé par la presse du système au conflit du Donbass, qui soit dit en passant n’est pas terminé, est demeuré cloisonné dans les limites du politiquement correct de sorte qu’aucune prise de conscience par l’opinion des vraies finalités de ce conflit soit rendue possible grâce à une information documentée et équitable. Dans un ouvrage de 400 pages, à partir de témoignages recueillis sur place auprès des habitants et des combattants dont certaines figures sont devenues des icones de la résistance face au nouvel ordre mondial, l’auteur de « Ceux du Donbass, chroniques d’une guerre en cours » (3) tout en rendant hommage à leur courage et à leur dévouement replace ce conflit dans sa véritable perspective, celui d’une guerre de civilisation contre la barbarie. A propos du sens qu’il convient de donner au combat des volontaires internationaux venus sur place en première ligne partager le sort de leurs camarades de la République populaire de Donetsk Zakhar Prilépine écrit ceci : « C’est parce qu’ils ont compris qu’ici se trouvait la première ligne de la résistance des temps nouveaux. Non pas une frontière entre le « monde russe » et « l’ukrainisation » fourvoyée, non ! Mais la frontière entre d’un côté, le système global d’oppression militaire, économique et culturel de toute souveraineté nationale au nom des intérêts financiers, supra-ethniques et anti chrétiens de divers clubs, centres et corporations et, de l’autre, les peuples qui ont le droit de faire leurs propres choix ».
Avec ce récit comme il est précisé à juste titre dans la préface de l’ouvrage,, la résistance face à la répression qui s’est abattue sur le Donbass a trouvé son mémorialiste.

(1) A contre courant de la pensée dominante, dés 2014 TV Libertés a consacré au conflit dés son un reportage effectué sur le terrain.

(2) Déclaration le 16/12/2013. Elle fera de courtes apparitions sur la place du Maïdan distribuant des gâteaux aux manifestants en compagnie de l’ambassadeur des USA,

(3) Editions des Syrtes.