Accueil > Etranger > DEI EZ-ZOR LIBEREE PAR L’ARMEE SYRIENNE

DEI EZ-ZOR LIBEREE PAR L’ARMEE SYRIENNE

lundi 11 septembre 2017, par Michel Dantan

Les manœuvres d’obstructions des forces de la coalition emmenées par les USA pour retarder la libération de la ville de Dei ez- Zor par l’armée syrienne (1), se sont avérées inutiles et n’auront au bout du compte réussis qu’à prolonger le martyre de ses habitants soumis à un blocus inhumain qui pendant deux ans les aura privé d’eau, de nourriture et de médicaments. Leur cauchemar a pris fin depuis hier après que les troupes de Bachar el Assad aient fait leur jonction avec les forces armées de la garnison de l’aéroport de la ville encerclée et soumis à d’incessants assauts de Daech depuis 2014. L’heure est aujourd’hui au ravitaillement organisé par les russes et à la sécurisation des quartiers de la ville d’où les djihadistes ont été chassé. La victoire remportée par l’armée syrienne obtenue grâce au concours de l’aviation russe est la troisième parmi celles obtenues depuis le début de l’année démontrant si besoin était que les troupes fidèles au régime malgré les pertes subies au cours de trois années de combats incessants n’a cessé de se renforcer et finalement gagner à travers le pays la reconnaissance de couches toujours plus importantes de la population. Car il faut bien le reconnaître, la reconquête n’a été rendue possible que parce que les syriens loin de rallier en masse les groupes de l’opposition qui se reconnaissent dans l’idéologie de l’islamisme radical dont Daech représente la figure de proue, se sont au contraire tournés vers le patriotisme, le seul bien commun qu’il leur restait encore à défendre pour na pas laisser leur pays entraîné vers la descente aux enfers qui lui semblait promis. Car au bout du chemin il ya la paix, sans doute le bien le plus précieux auquel aspire aujourd’hui une large majorité de syriens, et qui grâce aux sacrifices de leur armée et de ses alliés leur paraît enfin à portée de main. De surcroît le projet américain de morceler leur pays pour en faire un pion au service de leurs intérêts sur l’échiquier moyen oriental a pris du plomb dans l’aile, de même que celui de créer un Kurdistan autonome à leur botte pour renforcer à l’avenir le contrôle qu’ils aimeraient bien pouvoir exercer sur les ressources énergétiques de la région ainsi que sur l’axe stratégique de la future route de la soie, n’est pas non plus en bonne voie. Dans ce contexte la Russie fait à nouveau la démonstration qu’elle seule venait au secours des populations martyres en acheminant par convois entiers l’aide humanitaire dont elles ont besoin. Un engagement humanitaire qui lui vaut le respect du monde arabe, tandis que la France enchaînée au char des USA et de leur jeu trouble sinon criminel dans cette partie du monde y perd chaque jour un peu plus de son prestige et de son influence.
(1). Le 17 septembre 2016, l’aviation américaine bombarde les soldats syriens à Dei ez-Zor, permettant aux djihadistes de repasser à l’offensive.