www.national-hebdo.net

Accueil > Social > EXASPÉRÉS AUJOURD’HUI ! RÉVOLTÉS DEMAIN ?

Marmite…

EXASPÉRÉS AUJOURD’HUI ! RÉVOLTÉS DEMAIN ?

jeudi 2 avril 2009, par Michel Dantan

Hier Continental et Caterpillar( respectivement 1120 et 800 postes menacés), aujourd’hui Beneteau (800 suppressions de postes envisagés), l’annonce quasi quotidienne de nouvelles fermetures d’usines alourdit chaque jour un peu plus le climat social. Entre chômages partiels, licenciements secs, ou menaces de pertes d’emplois, la précarité pointe désormais à l’horizon de centaines de milliers de foyers. L’exaspération devant ce que les pouvoirs publics s’efforcent de présenter comme la conséquence inévitable de la crise financière qui submerge l’économie mondiale, ne s’est exprimée jusqu’à présent que par des mouvements de protestation encadrés par les syndicats.

(1) Manifestation de sidérurgistes à Metz le 4 Avril 1984 (Photo D.Tomitch)

On est certes encore trés loin de ce que l’on avait connu dans les années 80. A l’époque, la fermeture des chantiers navales, celle des bassins houillers et la mise à l’encan de l’industrie sidérurgique avaient suscité on s’en souvient de violentes manifestations qui au printemps 84 avaient carrément tourné à la révolte populaire. De Metz à Longwy, toute une partie de la Lorraine s’était retrouvée en état de siège (1). Rien de tel aujourd’hui, sans doute en raison de la dispersion sur le territoire des fermetures d’usine, mais aussi en raison de la disparition pure et simple de grandes régions mono industrielles, qui dans les années 80 structuraient encore une grande partie de l’économie française, et fournissaient au mécontentement populaire ses dizaines de milliers d’ouvriers. Est-ce à dire pour autant que la colère sociale ne débordera pas un jour des formes pacifiques où elle semble canalisée pour l’instant, les syndicats sembleraient le craindre. Car si ça n’a pas été le cas jusqu’à présent, les premiers signes d’un durcissement à la base sont apparus ces derniers temps. En témoignent les séquestrations de cadres sur leurs lieux de travail, les injures proférées contre les dirigeants d’entreprise, mais également l’agitation menée en sous main par les militants trotskistes du NPA (Nouveau Parti Anticapaliste), dont le discours radical séduirait un nombre croissant d’ouvriers reconnaissent les syndicats eux-mêmes. Ce ne sont pas en tout cas les promesses lancées à l’emporte pièce par le Président de la République, du style « je vais sauver le site », qui apaiseront la colère grandissante du peuple. Encore moins ses déclarations à propos d’Arcelor Mittal de Gandrange dont l’aciérie vient de fermer le 31 mars dernier. « La production d’acier mondial a été divisée par deux : C’est quand même pas ma faute s’il y a moins de croissance, moins de consommation » devait déclarer Nicolas Sarkozy sans vergogne après avoir pourtant promis l’année dernière qu’il ferait tout son possible pour maintenir l’activité du site. Coincés entre l’impuissance d’un pouvoir gestionnaire de la crise et les soins palliatifs fournis par des syndicats dépassés par les évènements, le monde du travail se retrouve livré à lui-même, avec le sentiment de plus en plus partagé de n’avoir plus rien à perdre. Or c’est justement à partir de là que tout est à craindre

Messages

  • Et les salariés du FN, ils sont pas révoltés de se faire virer pendant que certains vivent à gran train au FN ?
    « Le FN subit la crise de plein fouet » titrait la presse normande.

  • Oh c’est bien envoyé mais NH n’y peut rien. Le Fn gère effectivement ce qui ressemble à un plan social au siège. L’entreprise FN est en redressement virtuel si l’on veut. Le siège ne se vend pas et les élections partielles ne sont pas remboursées (deux ce week-end). Le risque pour les candidats de ne pas être remboursés aux régionales et le front aura du mal à les aider ensuite. Ne pas tirer sur une ambulance, le FN est touché et ses militants partent en nombre. A cause du manque d’argent ? On ne sait pas. A cause d’un manque de perspectives électorales ? On ne sait pas.
    Ce qui est certain ? Le FN n’est pas au mieux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.