www.national-hebdo.net

Accueil > Politique > FN : A QUI LE TOUR ?

Du passé faisons tabula rasa…

FN : A QUI LE TOUR ?

mercredi 4 mai 2016, par Léon Smare

Priée de démissionner, rétrogradée, évincée, Ce qui restait de la vieille garde du parti frontiste est « doucement, mais sûrement » poussée vers la sortie. A un an des élections présidentielles, la direction du néo-FN a choisi une méthode dite « douce »… pas celle des exclusions trop brutales qui pourraient jeter le trouble parmi les militants. Non, la tactique est celle du voleur chinois. Ils sont là,ils sont toujours là, ils sont encore là. Ah, ils sont plus là !

Cette tactique à le grand avantage pour Florian Philippot de faire remarquer aux journalistes qui ne manqueront de lui tendre le micro, que ces « gens-là » ne faisaient plus partie de « son » parti… depuis leur participation au rassemblement organisé par Jean-Marie Le Pen le 1er mai. Un Jean-Marie Le Pen qui ne fait pas non plus partie de « son » parti depuis, soulignerait-il avec gourmandise, depuis…son exclusion par sa fille ! ( Il le répète à l’envie, comme si c’était toujours mieux de rappeler qui a du « sang sur les mains »…)

Ceci dit, pour que ce plan se déroule au mieux, il faut que les victimes acceptent dans l’intérêt de la France, du parti et de Philippot de se faire hara-kiri (Ça ne devrait pas être trop difficile en ce qui concerne Gollnisch.). Quant aux autres, leur poids est moindre et cela aurait que peu d’impact (Quoique Philippot ferait tout de même bien de se méfier de Marie-Christine Arnautu, c’est une femme qui a du caractère…), quelques remous en province sans plus et puis parachutage d’un petit jeune sur zone, venu d’on ne sait où et le tour est joué.

Evidement, si Bruno Gollnisch faisait le choix pour une fois de ruer dans les brancards et de défendre le courant qu’il incarne encore au sein du FN, celui de la vie et de la famille ou de la « culture du bonsaï…Alors ? Et bien. ça serait moins gaie pour Philippot et par ricochet pour »sa" présidente .

Mais, en admettant que Gollnisch se fasse seppuku avec toute la dignité qu’on lui connaît, il resterait encore une Le Pen comme un caillou au fond de son mocassin à gland.

On a assisté,( enfin Tout ceux qui ont, bien voulu débourser 15 euros pour une cuisse de canard confite en dévotion pour la Jeanne « Manga » (on japonise, on japonise, inconscient quand tu nous tiens…) qui servait de décor au banquet des 2000), à un discours, il faut bien le dire quelque peu surréaliste de la députée européenne, Sophie Montel qui jusque-là, se posait plutôt en défenseur de la cause animale.

En quatre minutes, la chefesse (on féminise tout aujourd’hui.) de la Fédération de Bourgogne Franche-Comté a délivré un message qu’Yvette Roudy et les 342 salopes auraient pu applaudir à deux mains manucurées.

Donc, le Front national se pose en défenseur des droits des femmes, (rien de mal à cela me direz-vous !) mais pas n’importe lesquels et c’est là que le bât blesse comme on dit au rayon lingerie des Galeries Lafayette.

Par exemple, saviez-vous que ? :

— Sophie Montel (@Sophie_Montel) 1 mai 2016
« Nous ne faisons pas du vieux conservatisme en reprenant à notre compte des combats d’arrière-garde. » #1erMaiFN

— Sophie Montel (@Sophie_Montel) 1 mai 2016
« Nous sublimons la femme, nous défendons la libre disposition de son corps. » #1erMaiFN

— Sophie Montel (@Sophie_Montel) 1 mai 2016
« Nous défendons la sanctuarisation de la contraception et la non-remise en cause de l’avortement ! » #1erMaiFN

— Sophie Montel (@Sophie_Montel) 1 mai 2016
« Oui, le Front National défend le droit de la femme à disposer de son corps ! » #1erMaiFN

On imagine mal, la pâle Sophie Montel prendre de son chef de prononcer un discours aussi « clivant » pour le FN. Gollnisch étant retenu pour le coup, lui, de son propre chef place des Pyramides, à qui était donc destiné le message ?

Hors les murs, on voit bien à qui est destiné l’attrape-mouche (j’ai failli écrire l’attrape-moche. Inconscient quand tu nous tiens !), mais entre les murs des « abattoirs », je ne vois que Marion Maréchal-Le Pen comme cible et peut-être dans une moindre mesure Louis Alliot. Tous les deux ayant pris parti contre le « mariage pour tous » et défendant « la culture du bonsaï »…

Après le gommage de la photo de famille du patriarche et des autres encombrants, on devrait donc assister, à de nouvelles luttes intestines opposant, l’adroite funambule du Sud-Est au garçon coiffeur du Nord-Est. Celui qui contrôle l’appareil a un indéniable avantage (N’est-ce pas, Bruno !), mais rien n’est tout à fait joué, puisqu’on vous le dit, elle est adroite !


Voir en ligne : Gollnisch démission ? Le temps de la réflexion