www.national-hebdo.net

Accueil > Vu sur le net > G20 : ÉCHEC SUR LA QUESTION CLIMATIQUE

G20 : ÉCHEC SUR LA QUESTION CLIMATIQUE

dimanche 6 septembre 2009, par Reuters

LONDRES (Reuters) - Les divergences entre pays riches et pays en développement ont empêché samedi les ministres des Finances du G20, réunis à Londres, de s’entendre sur les moyens de financer la lutte contre le réchauffement climatique, ce qui augure mal des efforts des Nations unies pour qu’un nouveau traité mondial soit signé en décembre à la conférence de Copenhague.

Les grands pays industrialisés avaient tenu à ce que le financement de la lutte contre le réchauffement soit au menu des discussions à Londres, mais ils se sont heurtés aux pays émergents, comme la Chine, qui craignent que les propositions actuelles ne brident leur croissance économique, a-t-on déclaré de source proche du G20.

Dans le projet de communiqué consulté par Reuters ne figure aucune référence à quelque discussion que ce soit des projets des pays industrialisés pour recourir aux financements publics et privés dans le but de réduire les émissions de C02 et d’atténuer l’impact des changements climatiques en cours.

En juillet, le président américain Barack Obama avait déclaré que les ministres des Finances devraient rendre compte des perspectives de financement de la lutte anti-réchauffement, au cours du sommet du G20 qui doit se tenir les 24 et 25 septembre à Pittsburgh. Une telle déclaration présupposait certaines attentes en ce sens à la réunion ministérielle de Londres.

Les pays émergents membres du G20 ont assuré que leur refus d’aborder à Londres la question du financement de projets écologiques était uniquement une affaire de procédure.

« Nous réaffirmons que la CCNUCC doit être le principal canal de négociations internationales sur les changements climatiques », ont déclaré les ministres des Finances du Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine), en faisant allusion à la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques, instance qui supervise les étapes de la mise au point du nouveau traité international.

Les pays en développement craignent que les pays riches cherchent à ne pas payer la totalité des sommes nécessaires pour s’attaquer au réchauffement climatique et veuillent leur imposer un partie de ce fardeau.

« Un bon nombre de pays en développement craignent, du fait du problème mondial du changement climatique, de ne plus pouvoir s’industrialiser sans que cela engendre des coûts supplémentaires », déclarait vendredi le ministre indonésien des Finances, Sri Mulyani Indrawati.

Tom Bergin, version française Eric Faye

Source : Challenges.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.