www.national-hebdo.net

Accueil > Etranger > KOSOVO : UN AN PLUS TARD

Etat stationnaire…

KOSOVO : UN AN PLUS TARD

mardi 17 février 2009, par Michel Dantan

Un feu d’artifice, un défilé d’écoliers, quelques flons flons, des discours de circonstances et des drapeaux de l’Europe, des USA et du Kosovo pour égayer les rues de la capitale, c’est à minima que les Albanais vont fêter aujourd’hui le premier anniversaire de leur indépendance.

La vague d’enthousiasme qui le 17 février 2008 submergeait la ville ne sera pas au rendez vous cette année à Pristina. Un an plus tard, l’indépendance du Kosovo n’est reconnue que par 54 pays sur les 192 que compte l’ONU, et aucune grande institution internationale ne l’a encore invitée à siéger dans ses instances. La Serbie refuse toujours de se séparer de sa province méridionale qu’elle considère comme le berceau de la nation et elle bataille avec acharnement sur tous les terrains que lui autorise la diplomatie pour qu’aucune prérogative en tant qu’état ne lui soit accordée sur la scène internationale. La Serbie a déposé un recours devant la cour internationale de justice visant la légalité de la proclamation d’indépendance et en 2010 espère bien obtenir gain de cause. Le Ministre des Affaires Etrangères serbe, Vuc Jeremic a déclaré que « dans quelques années, personne ne se souviendra plus de cette date » et le Président Boris Tadic a confié à l’AFP que « quiconque regardait la réalité pouvait clairement constater que le Kosovo n’est pas un état ». Un drapeau, un hymne, des services de renseignements et une armée embryonnaire de 1800 hommes, sont les seuls attributs que pour l’instant le nouvel état peut afficher en terme de pouvoirs régaliens. C’est peu de chose pour un pays qui prétend aspirer à la souveraineté, et c’est sans doute ce qui explique pourquoi l’euphorie d’il y a un an a cédé la place à la morosité d’aujourd’hui. Côté économie, la situation n’est guère plus prometteuse et les frustrations qu’elle génère pourraient bien à terme déboucher sur une explosion sociale. La province compte 40% de chômeurs et la moitié de la population a moins de 25 ans. Les investissements étrangers ne concernent que des secteurs peu créateurs d’emplois, comme ceux du tertiaire, les coupures d’électricité, malgré les milliards injectés dans le secteur énergétique sont permanentes et les jeunes diplômés n’aspirent qu’à fuir à l’étranger. Le Kosovo est toujours sous perfusion, et avec un marché intérieur de deux millions d’habitants seulement, aucune perspective de décollage économique n’est possible tant que la Serbie refusera de lui ouvrir les portes de son marché. Côté enclaves et partie Nord du Kosovo, les serbes vivent toujours à l’heure de Belgrade et Mitrovica pavoise aux couleurs de la Serbie. Les structures parallèles fonctionnent à plein régime et personne ne veut entendre parler de l’indépendance. La KFOR a bien essayé récemment d’enrôler des serbes dans les forces de sécurité du Kosovo, mais son équipe de recruteurs s’est heurtée à l’hostilité de la population serbe et a du remballer son matériel. « Allez donc demander aux juifs de s’enrôler dans les Milices du Hamas et vous verrez ce qu’ils vous diront » leur ont lancé les serbes outré de se voir de la sorte pris pour des imbéciles. Aujourd’hui, en signe de soutien à leur communauté, des députés du parlement serbe devraient tenir une cession à Svecan, ville située au Nord de Mitrovica. L’Eulex (la Mission européenne de police et de justice au Kosovo), la MINUK (Mission des Nations Unies chargée d’administrer le province depuis 1999), Piéter Feith, le représentant spécial de l’Union Européenne, chargé de conseiller le gouvernement Kosovar et la KFOR (La force de maintient de la paix au Kosovo) sont les principales entités chargées de mettre le Kosovo sur les rails d’un état viable, civilisé et respectueux de ses minorités. Jusqu’à présent aucun de ces objectifs n’a été atteint.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.