www.national-hebdo.net

Accueil > Politique > L’ECRIVAIN RENAUD CAMUS SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE

L’ECRIVAIN RENAUD CAMUS SE LANCE DANS LA COURSE A LA PRESIDENTIELLE

lundi 10 octobre 2016

L’écrivain Renaud Camus se lance dans la course à l’élection présidentielle de 2017. Sans ambition politique, mais avec la ferme intention de faire entendre une voix différente de celles des autres candidats qui tout au long de cette campagne garderont d’après lui le nez collé sur des questions mineures. Interviewé par Martial Bild, le directeur de la rédaction de TV libertés, l’écrivain a déploré jeudi dernier que les hommes politiques qui s’apprêtaient à entrer en lice à l’occasion de ces futures élections passeront une nouvelle fois à côté de l’essentiel, à savoir la prise en compte de la situation historique et ontologique que connaissent aujourd’hui la France et son peuple à l’heure où l’immigration massive et incontrôlée prend de plus en plus l’allure d’une véritable colonisation. La seule question qui vaille aujourd’hui pour lui est de savoir s’il faut donner un coup d’arrêt au processus de changement de peuple qui se déroule sous nos yeux, et s’il faudra ensuite prendre les mesures capables d’en inverser le cours. S’appuyant sur l’exemple de l’Algérie que des générations de français avaient contribué à mettre sur le chemin du progrès mais qui furent un million et demi à devoir quitter par la force, l’écrivain n’a pas hésité à parler de « Remigration » , c’est-à-dire du retour chez eux des colonisateurs. Dans des conditions a-t-il tenu à préciser où la violence ne prendra aucune part, alors que tel ne fut pas le cas lors de l’expulsion des pieds noirs d’Algérie sans que personne n’y trouva à redire. Conscient de partir au combat sans soutiens financiers ni sans grand espoir de franchir la barre fatidique des 500 parrainages, Renaud Camus se dit porté dans sa démarche par l’amour de son pays autant que par l’effroi que lui inspire le phénomène général de déculturation qui affecte l’Europe conditionnant de surcroit le suicide collectif de ses pays. Motivé par des considérations qui devraient le maintenir au dessus de la mêlée et l’éloigner des joutes partisanes, l’écrivain est bien décidé à profiter de l’opportunité que lui offre cette campagne électorale pour que soit évoquée, reconnue et prise au sérieux la question du Grand Remplacement. Un thème qui lui vaudra n’en douttons pas des tombereaux d’injures, mais qui ne risquent pas de décourager l’intellectuel qu’est avant tout Renaud Camus et pour qui dit-il « c’est un honneur d’être traîné dans la boue par la presse de la Collaboration ».
Source : TV libertés.com