www.national-hebdo.net

Accueil > Politique > LA CORRÈZE PLUTÔT QUE LE J’EN BAISE...

Basic instinct…

LA CORRÈZE PLUTÔT QUE LE J’EN BAISE...

vendredi 6 mai 2011, par Léon Smare

Il en est ! Pas de la jaquette bien sûr, même si le monsieur aime les costards coupés sur mesure par Georges de Paris, le tailleurs de la Maison Blanche et quand on aime, c’est bien connu on ne compte pas… pour cinq costumes achetés, tu peux te payer une Porsche. [1]

Il en sera, aurais-je dû dire. Effectivement, c’est semble-t-il, de plus en plus, un secret de polichinelle, Dominique Strauss-Kahn va quitter la présidence du FMI pour se présenter à un concours de province : la primaire du Parti socialiste...

Outre ses beaux costumes et ses aventures romanesques avec des employées du FMI qui pourraient faire rêver certaines midinettes, le mari d’Anne pourra compter sur son réseau d’amis bien placés pour « être mis sur le devant de la scène » : Lagardère et ses journaux, la grosse « horlogerie » de l’agence Euro-RSCG qui depuis « La Force tranquille » de Mitterrand, cornaque les porteurs de Rolex sans laquelle, on a pas réussi sa vie. Du lourd et même du très lourdingue donc…

La cible : François Hollande, seul candidat déclaré pour l’instant. Notre pauvre petit « frenchie » même s’il semble bien terne avec ses costumes et son scooter face à la « Porsche de séduction » de « the man from Washington » pourrait tout de même bien remporter la timbale auprès des camarades socialistes à la condition bien sûr que ceux ci soient encore…de gauche et n’aient pas cédé aux sirènes du mondialisme qui veut notre bonheur à tout prix.

Son atout principal : son « look » de péquenot corrèzien « so frenchie » comme disent nos amis d’outre atlantique qui voient grand et envisagent la France comme un « nice et même very nice » petit parc d’attractions.
Son côté amateur de fromages qui puent n’est pas a négligé non plus, parce qu’on voit mal M. Sainclair s’enfiler une petite cuillère (même en vermeil) de vacherin en loucdé avant de se rendre à la sauterie du Siècle... Et puis, lui au moins, il a pas eu besoin de s’expatrier, comme un vulgaire joueur de football pour se faire plus de blé...

Donc, rien n’est encore perdu pour le petit « frenchie », c’est aux militants socialistes de savoir, s’ils préfèrent l’homme du terroir à l’homme du tiroir caisse mondialiste…


[1Monsieur George installé à Washington mesure l’entre-jambe de tous tous les présidents américains depuis Lyndon B. Johnson pour une somme modique variant entre 7 000 et 35 000 dollars (de 5 000 à 25 000 euros).

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?