www.national-hebdo.net

Accueil > Politique > LA REVANCHE DES EXCLUS DU MNR

Eternel retour !

LA REVANCHE DES EXCLUS DU MNR

jeudi 29 janvier 2009, par Pierre Picace

"Depuis fin 2007, MM. Bay et Gaillard entretiennent des relations secrètes avec Marine Le Pen et son conseiller occulte Philippe Olivier. Ils ont invité plusieurs cadres du MNR à des rencontres discrètes avec Marine Le Pen pour tenter de les gagner à sa cause. Des perspectives de places sur les listes européennes ou régionales ont été évoquées pour les amadouer.
C’est également au sein de l’équipe animée par Philippe Olivier que MM. Gaillard et Bay discutaient de la manière dont ils devaient utiliser le MNR au profit de Marine Le Pen.
C’est certainement dans le cadre de ces contacts secrets qu’ils ont arrêté une stratégie qui les a conduits aux errements que le Bureau national et le Conseil national ont finalement sanctionnés pour sauver le MNR.
" (
Extrait du compte-rendu du conseil national du MNR)

10 ans à peine après la scission mégrétiste de 1998 les « bébés » du MNR ont fait leurs retour au sein des instances dirigeantes du Front national et plus particulièrement dans l’entourage de Marine Le Pen. Presque tous trentenaires, ils sont ce l’on pourrait appeler la « génération Mégret ». Dans un entretien donné 2000, Jean-Marie Le Pen donnait son analyse sur la préparation du putsch « En 1986 Mégret et ses comparses s’étaient donnés pour objectif de conquérir le Front national de l’intérieur. Dans les postes qui dépendaient de la Délégation Générale, Mégret demandait une allégeance personnelle, sinon on était écarté. »

Savoir se rendre utile

Bien entendu la situation de 2008 n’est pas complètement comparable à celle de 1998, mais la méthode est restée la même, prendre le parti de l’intérieur.
Et il faut avouer que cela se passe bien mieux que la précédente tentative.
C’est 2002 qui voit les premiers ex FN, ex MNR pointer leur nez, Bruno Bilde et Steeve Briois qui ont rompu avec Mégret. Le Pen a du mal à trouver ses signatures pour se présenter à la présidentielle, ils lui en apporteront quelques unes et sauront se rendre utiles.
2004, c’est l’année des élections européennes et des régionales, Bruno Bilde devient le directeur de campagne de Marine Le Pen, gérant son agenda. Il est omniprésent, virevoltant et efficace, il se débarrasse au passage de quelques gêneurs. Pour les régionales, Briois et Bilde demandent et obtiennent des places sur les listes du Front. Bilde qui se présente dans la Meuse où les chances d’être élus sont minces se verrait mieux dans les Vosges, pour une fois il n’aura pas gain de cause, malgré tout la chance est avec lui, il est finalement élu.

Le conseiller occulte

2004, marque aussi la réconciliation officielle des sœurs Le Pen et ce lors des obsèques de l’écrivain de romans policiers ADG.
A cette occasion, Marine renoue aussi avec son beau frère Philippe Olivier [1],
ancien bras droit de Bruno Mégret et lui aussi en rupture de ban du MNR.
(Il n’est pas interdit de penser que l’hostilité manifestée par Marine et Louis Aliot en 2007,au moment de la fugace « Union des patriotes » à l’encontre de Bruno Mégret vienne de lui.)

Le dernier venu, mais pas le moins « entreprenant », Nicolas Bay trentenaire lui aussi, il est resté au MNR pensant en prendre la présidence puisque Mégret était censé jeter l’éponge.
En juillet 2008, il donne une interview a NPI, un site très proche du Front et donne peut être un début de réponse au pourquoi de la crise actuelle ?
« Je ne reviendrai pas longuement sur les principales faiblesses du MNR qui sont d’ailleurs bien connues : un poids électoral marginal et une situation financière difficile. Mais notre mouvement détient aussi des atouts. En particulier, il compte dans ses rangs de nombreux cadres et militants de valeur et l’immense majorité d’entre eux souhaite continuer le combat politique, dans un esprit de réconciliation et de renouveau, sans aucune animosité à l’égard du FN. »
Il sera dans la foulé invité officiellement à l’Université d’été du FN à Evian. Trois jours plus tard il sera exclu par un Bruno Mégret spécialement revenu pour « sauver le MNR ».
Président de Convergences Nationales, [2], Nicolas Bay souhaiterait être troisième sur la liste de Bruno Gollnisch dans la région Grand Est.
Une façon comme une autre de réintégrer le FN.
Belle revanche, pour ceux qui ont été exclu pour tentative de putsch en 98, la plus part de ceux qui s’y étaient opposés alors, sont aujourd’hui bannis.
Il faut dire que c’était plus facile, là ou Jean-Marie Le Pen barricadait portes et fenêtres, Marine a elle baissé le pont-levis.
Laissons la conclusion à Louis Aliot : «  Le Front National doit se rénover et démontrer qu’il en est capable. Le score exceptionnel de Marine Le Pen dans cette déroute est une lueur d’espoir pour nos idées. Avec son suppléant, Steeve Briois, infatigable laboureur politique et son bouillonnant directeur de campagne Bruno Bilde, ils ont défriché un chemin dont le FN doit s’inspirer. C’est le fruit du travail, du mérite, de la camaraderie, de la ténacité et de la clairvoyance. »
Fermez le ban !


[1Les transferts de l’extrême droite vers Villiers. Ainsi Philippe Olivier, l’époux de Marie-Caroline Le Pen, l’aînée des trois filles du chef, l’un des artisans de la scission mégretiste de 1998, avait-il lancé le mouvement en 2001. Il avait alors rejoint l’entourage de Villiers pour y jouer le rôle de conseiller officieux avant de prendre ses distances avec le vicomte. Libération 10 septembre 2005

[2Une structure créée en novembre 2007 avec Jean-François Touzé, ancien membre du Front National ayant pour sa part participé au lancement de la Nouvelle Droite Populaire en mars 2008

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.