www.national-hebdo.net

Accueil > France > LE PREMIER MINISTRE DU KOSOVO A PARIS (Suite)

LE PREMIER MINISTRE DU KOSOVO A PARIS (Suite)

mardi 9 juin 2009, par Michel Dantan

Photo : Hier à l’Elysée, comme dans un film… (Photo DR)

Le Président français a déclaré hier à son hôte le premier Ministre kosovar Hashim Thaçi que l’indépendance du Kosovo était « irréversible », ajoutant que le Kosovo avait vocation à intégrer l’UE et l’OTAN. De fait le Kosovo appartient déjà à l’OTAN aurait pu préciser le Président Français. En effet, la base militaire de Bondsteel que les Américains y ont construite a pour but de rendre pérenne la situation provoquée par la guerre inique que les occidentaux ont menée contre la Serbie et qui s’est traduite par l’expulsion forcée de toute la population non Albanaise du Kosovo. Le Président Nicolas Sarkozy s’est évidemment bien gardé de faire remarquer à son hôte que c’est le nettoyage ethnique de l’UCK qui a rendu possible la déclaration unilatéral d’indépendance du Kosovo. Or la politique étrangère de la France se décidant désormais à Washington ce n’était pas possible. Un peu plus tard dans l’après midi, sans doute conforté dans ses convictions révisionnistes par les positions outrageusement anti serbes de la France, Hashim Thaci, au cours d’une conférence de presse, devait affirmer sans vergogne que les Serbes avaient occupé militairement le Kosovo au début du siècle précédent et que cette province n’avaient jamais fait partie de la Serbie. Au début du siècle effectivement les Serbes ont investi les armes à la main le berceau historique de leur nation qu’occupaient les ottomans, mais c’était pour y rétablir leur souveraineté perdue en 1389, et libérer les populations chrétiennes du joug turc. Les guerres Balkaniques de 1912 ont d’ailleurs été des guerres de libération, tandis que celles de l’Allemagne Nazie et de l’OTAN des guerres d’occupation. Aujourd’hui, par conséquent la partie du Kosovo soumise à l’autorité de Pristina représente en Europe un territoire occupé, et cela, jusqu’à ce qu’un accord soit signé entre Pristina et Belgrade. C’est en tout cas ce que considèrent quelques 130 pays représentés à l’ONU et qui refusent toujours de reconnaître l’indépendance du Kosovo.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.