Accueil > Politique > LEPENISATION DES ESPRITS ?

LEPENISATION DES ESPRITS ?

samedi 21 avril 2018, par Pierre Picace

Le Monde.fr 24.02.2005

Dans la France d’hier !

La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi 24 février la condamnation de Jean-Marie Le Pen à 10 000 euros d’amende pour incitation à la haine raciale, pour des propos sur les musulmans parus dans Le Monde du 19 avril 2003.
Dans un entretien au quotidien, le président du Front national avait affirmé : « Le jour où nous aurons en France, non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont ». « Et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux. Quand ils ne le font pas, on leur dit ’Qu’est-ce que tu as à me regarder comme ça, tu cherches la bagarre ?’. Et vous n’avez plus qu’à filer, sinon vous prenez une trempe », avait-il ajouté dans cette interview.
La cour d’appel a considéré que dans les propos incriminés, Jean-Marie Le Pen, « qui oppose les ’musulmans’ aux ’Français’ , indique de manière explicite qu’une forte croissance de la communauté musulmane constitue une menace pour les Français qui seront dominés, humiliés et victimes de violences ».
« En dénonçant une telle menace, Jean-Marie Le Pen tend à susciter chez le lecteur un sentiment d’hostilité et de rejet à l’égard des musulmans, présentés comme dominateurs et agressifs, et provoque ainsi à la discrimination, la haine et la violence envers cette communauté », a souligné la cour. En première instance, le tribunal correctionnel de Paris l’avait condamné, en avril 2004, à 10 000 euros d’amende.

Dans la France d’aujourd’hui

Trois cents personnalités signent un manifeste « contre le nouvel antisémitisme » en France marqué par la « radicalisation islamiste », en dénonçant un « silence médiatique » et une « épuration ethnique à bas bruit » dans certains quartiers, dans Le Parisien à paraître dimanche.

« Nous demandons que la lutte contre cette faillite démocratique qu’est l’antisémitisme devienne cause nationale avant qu’il ne soit trop tard. Avant que la France ne soit plus la France » , lit-on dans ce texte signé par des personnalités politiques de droite comme de gauche (Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez, Manuel Valls, Bertrand Delanoë...), des artistes (Charles Aznavour, Gérard Depardieu...), des intellectuels, des responsables religieux juifs, musulmans et catholiques.

« Dix pour cent des citoyens juifs d’Ile de France -c’est-à-dire environ 50.000 personnes- ont récemment été contraints de déménager parce qu’ils n’étaient plus en sécurité dans certaines cités et parce que leurs enfants ne pouvaient plus fréquenter l’école de la République. Il s’agit d’une épuration ethnique à bas bruit au pays d’Emile Zola et de Clemenceau », accusent les signataires.

Jean-Marie Le Pen et toutes les familles qui ont dû quitter l’Ile de France pour se réfugier dans le péri-urbain apprécieront sans nul doute à sa juste valeur le caractère strictement communautariste du texte. Le racisme anti-blanc étant comme chacun le sait un fantasme de l’extrême-droite…