www.national-hebdo.net

Accueil > Etranger > LES AFRICAINS ONT-ILS UNE ÂME ?

Controverse…

LES AFRICAINS ONT-ILS UNE ÂME ?

samedi 21 mars 2009, par Michel Dantan

« On ne peut pas régler le drame du sida avec la distribution de préservatifs qui au contraire augment le problème ». Tels sont les propos tronqués et sortis de leur contexte, qui prêtés par les médias à Benoît XVI à propos du sida, ont déclenché en France une véritable campagne de diabolisation contre le pape. De Daniel Cohn-Bendit à Marie Georges Buffet, des verts aux rouges en passant par François Bayrou, les sectateurs du politiquement correct s’en sont donnés à cœur joie. Florilège

.
Daniel Cohn-Bendit, le premier à avoir déclenché le tir s’est exclamé «  Il y en a assez maintenant de ce pape », puis a déclaré qu’il s’agissait « presque d’un meurtre prémédité ».

Line Renaud : « C’est impossible d’entendre ça, quand on sait ce qui se passe là-bas… C’est se voiler la face, c’est complètement décalé… »

Christophe Dechavanne : « C’est ignoble. Le pape risque de provoquer des centaines, voir des milliers de morts ».

Marie Georges Buffet a jugé les propos du pape « irresponsables » et « criminels ».

Alain Juppé : « Ce pape commence à poser un vrai problème ».

François Bayrou sur Canal+ : « Les propos du pape sont irrecevables pour quelqu’un qui a la certitude que la première responsabilité que nous partageons tous et singulièrement les chrétiens, c’est la défense de la vie ».

Rama Yade (Ministre) s’est dit « ahurie » par ces propos qu’elle a qualifiés de « régressifs ».

Roselyne Bachelot a estimé que les propos du pape constituaient « une contre vérité scientifique » et s’est dite «  catastrophée par des propos irresponsables ».

Médecins du Monde considère que « ce sont des millions de gens qui vont être contaminés à cause de ces déclarations ».

Ségolène Royal a déclaré : « la responsabilité de tout chef religieux c’est de défendre le principe de vie et certainement pas d’engager les êtres humains vers la mort ».

Jean Luc Romero, Président de l’association Elus locaux contre le Sida a estimé qu’il s’agissait « d’un message de mort adressé aux africains », et d’ajouter « faudrait-il rappeler que le seul vaccin disponible reste aujourd’hui le préservatif ? ».

Bernard Audoin, directeur général de l’association Sidaction : « On sait médicalement parlant que le préservatif est efficace à 99,9%. Dire que le préservatif peut aider à la propagation de l’épidémie ouvre la porte à toutes les interprétations sur l’inefficacité du préservatif ».

La phrase par laquelle le pape s’est brusquement retrouvé placé au banc de l’humanité a en réalité été extraite d’un long passage passé sous silence par les médias, excepté certains, qui comme le Corriere della [1]Serra ont fidèlement reproduit l’intégralité de la conférence de presse accordé par le pape aux journalistes qui l’accompagnaient dans l’avion. Voici la question et la réponse du pape :

Question : — Votre Sainteté parmi, les nombreux maux qui affligent l’Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du Sida. La position de l’Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considéré comme n’ étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours de votre voyage ?

Benoît XVI : — Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l’Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant’Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camiliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades… Je dirai qu’on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n’y met pas l’âme, si les africains ne s’entraident pas, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire le risque est d’augmenter le problème .

Tel est donc le langage de vérité que le pape entendait tenir aux africains, en tant que porte parole des Evangiles et non en VRP du Sidaton. Sans pour autant repousser l’impérieuse nécessité de combattre la pandémie par des moyens prophylactiques, ce à quoi participent les milliers de religieuses penchées du matin au soir sur leurs malades et les institutions médicales actives sur le terrain, le pape était dans son rôle de pasteur en invoquant derrière « l’âme » à laquelle il faisait allusion, les principes de la doctrine chrétienne à savoir la réaffirmation du mariage, du rôle de la famille, celui de l’éducation et la responsabilité sexuelle des personnes. A moins de considérer les africains privés de raison, de sens moral, de sens des responsabilités et partant, imperméables aux fondamentaux de la doctrine chrétienne, les propos du pape n’avaient pas lieu de déclencher un tel procès en sorcellerie. Mais à l’évidence c’était voulu, et c’est bien au troisième épisode d’une croisade antipape qui n’a sans doute pas dit son dernier mot que l’on vient d’assister.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.