www.national-hebdo.net

Accueil > Politique > MARINE LE PEN DANS LE TUNNEL SANS FIN DE LA DIABOLISATION…

MARINE LE PEN DANS LE TUNNEL SANS FIN DE LA DIABOLISATION…

dimanche 12 décembre 2010, par Pierre Picace

Devant le tollé provoqué par les déclarations de Marine Le Pen à Lyon sur « l’occupation des rues », son rival et concurrent à la succession de Jean-Marie Le Pen, Bruno Gollnisch se déclare « solidaire de la liberté d’expression de Marine Le Pen » comme ajoute-il «  je l’ai toujours été avec Jean-Marie Le Pen, et avec tous ceux qui furent attaqués par le Système pour avoir usé de cette liberté. »

Il remarque néanmoins que « La polémique entretenue contre Marine Le Pen au sujet de ses récents propos tenus à Lyon sur l’Occupation démontre, si il en était besoin, les limites de la stratégie dite de « dédiabolisation ». » assurant que « Le système politico-médiatique » veut toujours plus de gages.

Pour le vice-président du FN, « La vraie dédiabolisation » passe par « la prise de conscience par les Français de la justesse » des analyses et des propositions du Front national.

Marine Le Pen avait dit récemment craindre que la stratégie de rassemblement de la droite nationale de son concurrent « ne conduise »dans le tunnel sans fin de la diabolisation".

Messages

  • Marrant de voir comment, tout d’un coup, l’utilisation d’un simple mot (« occupation ») par Marine Le Pen (http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/12/11/marine-le-pen-compare-les-prieres-de-rue-des-musulmans-a-une-occupation_1452359_823448.html#xtor=RSS-3208), provoque le scandale dans les médias et la classe politique et par le même coup renvoie la famille Le Pen et le Front National dans la situation politique qu’ils ont connue aux pires époques de leur diabolisation.

    Marrant de voir comment tous les efforts de « dédiabolisation » entrepris depuis plusieurs années (avec les dégâts collatéraux que l’on sait : divers pans du projet politique passés sous silence ou « affadis », personnalités du FN poussés vers la sortie, critiques virulentes contre des personnes du Front qui ne croient pas à cette stratégie, militants écœurés...) peuvent être anéantis en quelques heures par le rouleau compresseur médiatique.

    Marrant de voir comment certains montent au créneau pour défendre Marine vilipendée :
    « Honte à cette classe politique, amnésique, responsable et coupable, qui ferme les yeux sur la réalité inquiétante de l’islamisation de la France mais qui, pour gagner une élection et quelques places, est prête à tout. » (Louis Alliot dans : http://www.nationspresse.info/?p=118658).

    Et les mêmes qui n’ont pas eu un mot public de soutien quand Bruno Gollnisch a été traîné dans la boue sur France Inter il y a quelques jours (http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/edito/index.php?id=98692). « Dédiabolisation » à double vitesse ?

    On ne peut pas se « dédiaboliser » soi-même. Seuls ceux qui diabolisent peuvent « dédiaboliser ».
    La stratégie de dédiabolisation conduit à parler et à agir en fonction de ce que nos adversaires acceptent de nous laisser dire ou faire !

    Au cours de son histoire, le Front National n’a jamais eu besoin de se dédiaboliser pour contourner le blocus médiatique ou le « cordon sanitaire républicain » et faire entendre sa voix aux Français : son ascension électorale des années 80 et 90 le prouve. C’est par l’action de terrain de ses militants et par son discours de vérité (en adéquation avec les problèmes de la France) que le Front National a conquis sa place dans le paysage politique et les élections.

    Ce n’est pas aux médias de dicter aux adhérents du Front National leur vote pour la succession de Jean-Marie Le Pen.

    Contre la dictature médiatique : Bruno Gollnisch président !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?