www.national-hebdo.net

Accueil > Etranger > TURBAN II : C’EST BIEN PARTI… EN VRILLE !

Souk…

TURBAN II : C’EST BIEN PARTI… EN VRILLE !

mardi 21 avril 2009, par Elie-Tristan Noir-Monfils

Il a suffi que le président Ahmadinejad ait dénoncé la création d’un « gouvernement raciste » au Proche-Orient, même sans citer ouvertement le nom de l’Etat hébreu pour que les 23 pays membres de l’UE quittent la salle.

Déjà, l’Australie, l’Allemagne, la Pologne, l’Italie et les Pays-Bas avaient imité les Etats-Unis et Israël dans leur refus de participer à ce sommet craignant de revivre la conférence de 2001 en Afrique du Sud, où le sionisme avait été assimilé à du racisme, rendant la conférence « légèrement » bancale.

Par ailleurs, la présence de délégués du Vatican a été mal accueillie par les associations juives qui y ont vu « une nouvelle mesure imprudente » du pape Benoît XVI après la levée de l’excommunication de l’évêque britannique, Mgr Richard Williamson, accusé de négationnisme.

« Par sa participation, le Saint-Siège entérine ce qui se trame (à Genève) contre Israël », a déclaré à La Stampa le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni.

Dans un communiqué le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi a répliqué que Mahmoud Ahmadinejad n’avait pas nié l’Holocauste ou le droit d’Israël à exister au cours de son intervention. Mais il a jugé que le président iranien avait « eu des expressions extrémistes et inacceptables ».

Il a également précisé que le Vatican participait à la conférence car il s’agissait d’une « importante occasion de faire avancer la lutte contre le racisme et l’intolérance ».

Pour la France, Bernard Kouchner a refusé de cautionner la politique de la chaise vide : « Nous avons quitté la salle, les 23 pays européens présents tous ensemble parce que le discours d’Ahmadinejad était inadmissible mais nous n’avons pas quitté la conférence et nous y revenons. » Estimant que dans la déclaration finale figure « tout ce que nous voulions mentionner - antisémitisme, liberté des personnes, liberté d’expression (...) et même l’Holocauste… »

De son côté, la Première secrétaire du Parti Socialiste Martine Aubry a demandé à la France et à l’Union européenne de se retirer de la conférence des Nations unies sur le racisme estimant qu’après le discours du président iranien « c’est l’ensemble de la conférence qui se trouve discréditée. »

Toujours selon Mme Aubry, « un dialogue nouveau doit s’instaurer dans la seule instance qui peut traiter de ces questions en toute sérénité, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, que la réintégration par les Etats-Unis rend désormais possible ».

Au fait, quel était déjà l’objet de cette conférence ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.